Partager

L’Afise a décidé de réagir suite à la publication du numéro de septembre 2019 du magazine 60 millions de consommateurs intitulé « Dehors les toxiques! On veut du propre ».

Retrouvez le communiqué de presse en PDF.

Communiqué de presse

POSITION DE L’AFISE CONCERNANT LE DERNIER NUMERO DE 60 MILLIONS DE CONSOMMATEURS

 Paris, le 27 août 2019

Les fabricants de produits d’entretien et d’hygiène membres de l’Afise[1] souhaitent apporter des précisions à la suite de la parution du numéro 551 – septembre 2019 de 60 Millions de consommateurs intitulé « Dehors les toxiques, on veut du propre ! ». Ils tiennent à réaffirmer que tous les produits mis sur le marché sont sûrs pour le consommateur et pour l’environnement dans les conditions normales d’utilisation.

Recherchant en permanence l’amélioration de la qualité de leurs produits, les industriels suivent l’évolution des besoins en développant avec les experts scientifiques les formules les plus adaptées, tout en tenant compte des dernières données disponibles sur les ingrédients. Ils permettent ainsi aux consommateurs de faire un choix éclairé pour une utilisation raisonnée et en toute confiance de produits innovants, performants et respectueux de l’environnement.

Au-delà des contraintes réglementaires imposées, notre industrie a initié depuis 20 ans des engagements volontaires reconnus. Parmi ces bonnes pratiques figure la Charte du Nettoyage Durable qui bannit l’usage des substances les plus dangereuses pour l’environnement. Elle est d’ailleurs listée parmi les critères de choix de produits ménagers respectueux de l’environnement par l’Ademe[2].

Concernant le « Ménag’Score »

Concernant l’utilisation d’une méthode d’évaluation « Ménag’Score », l’Afise tient à rappeler que l’objectif de transparence et de pédagogie sur les produits va dans le bon sens et constitue un objectif commun à celui de l’association. Il est néanmoins difficile de comparer les compositions de différentes catégories de produits dont les usages sont différents (nettoyant sol versus désinfectant par exemple). Chaque produit détergent ou désinfectant a une finalité bien précise avec des usages spécifiques pour des bénéfices sanitaires identifiés comme l’utilisation de désinfectants par exemple quand le risque de transmission de germes est élevé (épidémie de grippe ou de gastro-entérite).

Par ailleurs, la question de la méthodologie employée dans la réalisation du « Ménag’Score » se pose tant pour évaluer un éventuel risque sur la santé que sur l’environnement.

Sur le plan sanitaire, il est essentiel de ne pas identifier uniquement le danger d’un ingrédient mais d’évaluer le risque réel : c’est-à-dire de ne pas évaluer selon la simple présence d’un ingrédient mais bien en fonction de sa concentration et du risque éventuel associé en fonction de l’usage prévu du produit.

Concernant l’évaluation environnementale, il est également essentiel d’intégrer l’usage du produit ainsi que la performance de ce dernier pour avoir une approche rigoureuse.

Par conséquent, la méthode proposée pour le « Ménag’Score » semble peu adaptée pour mesurer l’impact sur l’environnement et celui sur la santé. Donner une note uniquement à partir d’une liste d’ingrédients sans prendre en considération la performance, le dosage, l’usage et la fonctionnalité recherchée du produit, ni les autres paramètres qui entrent dans le cycle de vie du produit (emballage et conditionnement, fréquence d’utilisation) annule toute possibilité d’obtenir un score objectif et conforme à la réalité.

Sachant que les produits présents sur le marché sont sûrs dans les conditions préconisées d’utilisation, il est plus important d’un point de vue sanitaire de promouvoir activement une utilisation raisonnée d’un produit efficace pour une situation donnée que d’entrer dans un comparatif de scores pour des produits très différents.

Concernant les ingrédients utilisés dans les formules

Chaque ingrédient a une fonction bien précise pour atteindre la performance attendue par le consommateur. Les ingrédients utilisés font l’objet d’une évaluation quant à leur toxicité et leur écotoxicité, c’est-à-dire que leurs effets potentiels sur la santé des individus et l’environnement sont évalués tout au long de leur cycle de vie, y compris le risque allergique. En conformité avec la législation européenne (règlements REACH[3] – Biocides – Détergents – CLP[4]), les composants des produits d’entretien fabriqués par nos industriels sont ainsi rigoureusement sélectionnés sur la base de ces évaluations avant d’être incorporés dans les produits mis sur le marché. A noter qu’une évaluation des impacts sur la santé ou sur l’environnement ne peut être robuste que si elle prend en compte l’usage préconisé du produit tel que la fréquence d’utilisation ou la quantité de produit utilisée.

Concernant la transparence des informations sur les étiquettes

Les mentions sur les étiquettes sont dictées par les réglementations applicables. Par ailleurs, le règlement Détergents impose, comme le rappelle le magazine 60 millions de consommateurs, que l’information sur les ingrédients soit accessible et complète via les sites internet des fabricants.

L’Afise tient à rappeler que, d’après les études réalisées, le contenu des étiquettes doit être optimisé pour en faciliter la compréhension par les consommateurs. C’est pourquoi la filière travaille actuellement au développement de pictogrammes plus lisibles à visée pédagogique pour informer sur les bons gestes et les précautions d’emploi à suivre. Les industriels appellent les décideurs politiques à clarifier et simplifier l’étiquetage des produits ménagers afin d’éviter notamment les doublons et le chevauchement d’informations.

Concernant les risques d’allergie

La réglementation impose aux fabricants d’indiquer sur les étiquettes la présence des substances allergènes, laissant ainsi la possibilité aux personnes les plus sensibles de faire un choix éclairé.

Par ailleurs, les processus d’évaluation de la sécurité des produits incluent la prise en compte du risque allergique.

Concernant les lingettes imprégnées

Conscientes des mauvaises pratiques relatives à l’élimination des lingettes imprégnées, plusieurs associations professionnelles dont l’Afise ont publié des recommandations harmonisées de bonnes pratiques à destination des professionnels qui préconisent notamment de :

  • Ne plus proposer sur le marché des lingettes imprégnées revendiquant qu’elles peuvent être jetées dans les toilettes ;
  • Utiliser des mentions claires sur les emballages des produits notamment en apposant le logo « Ne pas jeter dans les toilettes ».

Notre industrie souhaite souligner qu’elle s’engage et explore l’ensemble des opportunités pouvant renforcer la sécurité des consommateurs et la protection de l’environnement. Les consommateurs peuvent en être assurés et continuer à utiliser les produits ménagers sereinement dans leur maison.

Contact presse :
Romain PELLERAY : 01 40 98 19 15 – 06 85 15 30 80

1 L’Afise est l’Association Française des Industries de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle, est la seule organisation représentant en France les industriels fabriquant et commercialisant les produits destinés à laver, nettoyer, entretenir et maintenir dans l’état d’hygiène nécessaire, le linge, la vaisselle et l’ensemble des surfaces que ce soit dans les foyers, dans les collectivités ou dans l’industrie.

2 L’ADEME est l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie chargée d’animer, coordonner, faciliter ou réaliser des opérations de protection de l’environnement et la maîtrise de l’énergie.

3 REACH est un règlement de l’Union européenne adopté pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques, tout en favorisant la compétitivité de l’industrie chimique de l’Union Européenne.

4 CLP est un règlement relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage. Il repose sur le système général harmonisé des Nations unies (SGH) et a pour objet d’assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement, ainsi que la libre circulation des substances, des mélanges et des articles au sein de l’Union européenne.