Partager

Communiqué de presse

Téléchargez le communiqué de presse

L’Afise présente une nouvelle vision de la contribution économique et sociale du secteur des produits d’hygiène et d’entretien

Paris, le 7 octobre 2020

La publication ce jour de l’étude du cabinet Asterès[1] confirme combien il existe un avant et un après COVID, le secteur des produits d’hygiène et d’entretien ayant vécu une période inédite de son histoire.

Secteur emblématique et mature, né à la fin du 18ème siècle, il a accompagné la révolution de l’hygiène sur plusieurs générations. Il est à nouveau surexposé dans un rôle crucial de société. La pandémie de 2020 a en effet changé radicalement la donne et positionné cette industrie comme essentielle à la Nation. Ce choc est d’autant plus notable que depuis 10 ans, elle était considérée comme une industrie mature avec un chiffre d’affaires atone et en dessous de la croissance française.

Pour répondre à un afflux sans précédent de la demande (+ 155 % au printemps 2020 pour l’ensemble des produits de nettoyage et de désinfection et multiplication par 10 pour les gels hydroalcooliques), le secteur a dû faire preuve d’une agilité exceptionnelle : engagement renforcé des collaborateurs, adaptation des outils de production, refonte des réseaux d’approvisionnement et des offres, accélération des cadences, prévisions d’investissements etc

Aujourd’hui, la crise sanitaire perdure et la demande est toujours élevée.

Afin de poursuivre une adaptation en profondeur, l’AFISE, fédération professionnelle représentant les fabricants de produits de détergence et de désinfection, précise les orientations de la nouvelle contribution économique et sociale du secteur.  

« Nous allons approfondir 5 contributions prioritaires de notre industrie à la France et aux Français, car nous sommes partout indispensables à leurs côtés pour les protéger : à la maison, dans les hôpitaux, les usines, les restaurants, les bureaux, les transports etc. Avec ce que nous avions déjà entrepris, renforcé par l’impact de la crise pandémique COVID 19, ce sont des pans entiers de transformation et d’innovation (sociale, technologique, sanitaire, environnementale) qui s’ouvrent pour l’industrie de l’hygiène, laquelle rappelons-le, est composée certes de grandes marques mais surtout dans une large proportion de PME et d’ETI ancrées sur nos territoires » affirme Sébastien Bossard, nouvellement réélu à la présidence de l’AFISE.

Contribution n°1 : répondre à une demande accrue et certainement durable Cela se traduira notamment par une refonte des schémas d’approvisionnement dans les usines et des investissements pour augmenter les capacités de production du secteur.

Contribution n°2 : poursuivre et accentuer la transition écologique du secteur Des engagements forts sont pris par le secteur à tous les niveaux :

  • La Charte du Nettoyage durable est signée par la quasi-totalité des entreprises du secteur : elle intègre dans sa version 2020+ de nouveaux critères et des engagements complémentaires en matière de RSE.
  • Sur le sujet des emballages plastiques de produits ménagers, la profession s’est engagée à inclure a minima 20 % de matières recyclées et à rendre tous les emballages plastiques de ces produits recyclables, réutilisables ou compostables avant 2025.
  • Les initiatives se multiplient pour proposer des produits d’origine naturelle facilement biodégradables et de nouvelles formes de commercialisation comme le vrac ou les recharges.
  • Enfin la filière développe le biosourcé grâce à des initiatives allant bien au-delà des exigences réglementaires.

Contribution n°3 : mieux accompagner les utilisateurs dans leurs pratiques

L’AFISE lancera cet automne la nouvelle application mobile « Mon expert Propreté » pour informer les utilisateurs, et sensibiliser le grand public sur l’utilisation raisonnée des produits ménagers, en leur permettant d’utiliser « le bon produit, au bon moment, et selon le bon mode d’emploi ».

Contribution n°4 : développer de nouvelles formes d’engagements sociétaux

De nombreux adhérents ont procédé à des dons pendant la crise. L’AFISE va réfléchir avec eux à la manière de rendre pérenne ce type d’initiative et ainsi aider les plus fragiles.

La relation entreprise – salarié sera également au cœur des préoccupations du secteur, qui salue l’engagement exemplaire de ses collaborateurs.

Contribution n°5 : développer l’innovation dans un monde où les bouleversements climatiques et sanitaires seront liés et certainement accrus

Les entreprises de l’hygiène et de l’entretien vont investir de plus en plus dans les sciences au service de l’écologie, afin de mettre sur le marché des produits à moindre impact environnemental (pour un même niveau d’efficacité), et également dans des protocoles sanitaires renforcés. Plus encore, la Recherche & Développement sera décuplée pour permettre au secteur de remplir pleinement sa mission d’hygiène et de protection dans les années futures. A titre d’illustration, l’AFISE finance des travaux de recherche menés par le CNRS et le laboratoire de génie chimique de Toulouse de l’université Paul Sabatier, sur le thème de la formation des biofilms[2].

« Globalement, notre industrie accélère le tournant qu’elle était en train de prendre et ce, en raison de la pandémie et des risques à venir. Notre sentiment de responsabilité auprès de tous en est accru car nous nous devons de répondre de manière encore plus évidente aux attentes et besoins essentiels de la société. Notre association qu’est l’AFISE a la volonté d’être plus agile et contributrice auprès de tous les citoyens, au bénéfice de l’hygiène, de la santé publique et du progrès dans le respect de l’environnement » déclare Sébastien Bossard, Président de l’AFISE.

Contacts presse :

A propos de l’AFISE :

L’AFISE est l’Association Française des Industries de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle. Il s’agit de la seule organisation représentant en France les industriels fabriquant et commercialisant les produits destinés à laver, nettoyer, entretenir et maintenir dans l’état d’hygiène nécessaire, le linge, la vaisselle et l’ensemble des surfaces que ce soit dans les foyers, dans les collectivités ou dans l’industrie.

[1] Asterès est un cabinet d’études économiques et de conseil qui propose des outils de réflexion pour orienter l’action.

[2] Biofilm : mince couche de micro-organismes adhérant à une surface