• – Pourquoi l’Afise s’est-elle lancée dans ce projet de labellisation sectorielle RSE ?

L’Afise fédère près d’une centaine d’entreprises (98), soit environ 80% du secteur de la détergence. Les adhérents de l’AFISE sont des industriels fabriquant et commercialisant, en France, les produits destinés à laver, nettoyer, entretenir, maintenir dans l’état d’hygiène nécessaire, le linge, la vaisselle et l’ensemble des surfaces que ce soit dans les foyers, dans les collectivités ou dans l’industrie.

Le secteur de de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle que représente l’AFISE concerne plus de 150 catégories de produits : savons, produits détergents, produits d’entretien et de désinfection, produits de traitement de surfaces ou autres produits assimilés. Il génère environ 3,57 milliards d’€ de chiffre d’affaires, répartis entre la grande consommation : 1,91 milliards € ; le secteur professionnel et industriel : 0,8 milliards d’euros et 0,86 milliards d’€ à l’export.  Il représente près de 10500 emplois.

De nombreuses initiatives ont été développées grâce aux engagements volontaires des entreprises du secteur dès 1997 avec le 1er code des bonnes pratiques environnementales, puis ensuite avec le développement de la charte du nettoyage durable suivies par de nombreuses autres.

Aujourd’hui, fortes de leur expérience en développement durable, les entreprises du secteur s’orientent vers la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) pour accompagner le développement de leurs clients. En effet, ces derniers ont maintenant de nombreuses demandes : questionnaires RSE à remplir, critères RSE dans les appels d’offres, adhésions obligatoires à des plateformes d’auto-évaluation.

Elles se sont donc portées volontaires pour participer au développement puis au déploiement d’un label sectoriel qu’elles souhaitent ensuite valoriser auprès de leurs parties prenantes.

  • – L’Afise a été retenue par la Plateforme RSE de France Stratégie pour participer à une expérimentation sur les labels RSE sectoriels, en quoi est-ce que ça consiste ?

La Plateforme RSE a souhaité lancer une expérimentation de labels RSE sectoriels adaptés aux très petites entreprises (TPE), aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) pour les encourager dans leur démarche RSE.

L’expérimentation se déroule durant 18 mois, jusqu’en décembre 2019, date à laquelle la Plateforme RSE élaborera un diagnostic et des recommandations, destinées aux pouvoirs publics et aux fédérations professionnelles.

Figurer parmi les 12 fédérations sélectionnées était très important pour l’Afise :

  • Cela signifie tout d’abord que le label construit est tout à fait robuste puisqu’il répondait au cahier des charges exigeant de la Plateforme RSE ;
  • Ensuite cette sélection donne une visibilité accrue à nos travaux, notamment vis-à-vis de nos parties prenantes ;
  • Cela nous permettra enfin de témoigner le plus directement possible sur les difficultés rencontrées et les forces de nos outils vis-à-vis de nos entreprises.

L’Afise participe aujourd’hui avec les autres fédérations sélectionnées à des réunions d’échange au sein de la Plateforme RSE. Des synthèses de nos travaux sont envoyées tous les 6 mois afin d’être compilées par la Plateforme en vue du rapport final.

  • – Les labels gérés par les industriels sont souvent considérés comme du « greenwashing », quelles solutions avez-vous mis en place pour assurer la crédibilité des outils mis en place ?

Pour qu’une initiative de ce type soit crédible il faut qu’elle soit construite et validée par des tierces parties. C’est déjà le cas aujourd’hui de la charte du nettoyage durable, en effet, les entreprises sont auditées par des tiers indépendants qui viennent sur les sites vérifier que les procédures mises en place répondent bien au cahier des charges.

Pour le label RSE « Proprement engagés », nous avons choisi de répondre parfaitement au cahier des charges imposé par la Plateforme RSE :

  • En impliquant les parties prenantes lors de la création du référentiel, notamment au travers d’une enquête en ligne et d’une réunion d’un comité de parties prenantes ;
  • Nous avons été accompagnés lors de la rédaction du référentiel par un OTI (organisme tiers indépendant) ;
  • Cet OTI est également chargé de l’évaluation in situ des entreprises qui postulent au label ;
  • La décision de labellisation d’une entreprise est enfin prise par un comité de labellisation qui réunit 3 collèges : un collège d’entreprises adhérentes de l’Afise, un collège de parties prenantes et un collège d’experts indépendants.

 

  • – BPI France va accompagner les adhérents de l’Afise dans le déploiement de ce label, de quelle manière ?

Afin de faciliter la prise en main du dispositif et également montrer à nos adhérents que la RSE est accessible à toutes les entreprises, nous avons souhaité les accompagner en organisant des sessions de formations collectives ainsi que des accompagnements individuels sur site par des consultants pour les aider à démarrer et structurer leur démarche.

Nous avons présenté notre projet à BPI France qui a tout de suite adhéré et a souhaité accompagner nos entreprises. 50% des coûts de formation et d’accompagnement sur site seront pris en charge par BPI France pour toutes les PME ainsi que pour les ETI sous certaines conditions.

La première session de formation a eu lieu les 16 et 17 janvier à l’Afise. 5 entreprises étaient présentes, toutes très motivées pour aller plus loin et utiliser les outils développés par l’Afise.