Partager

Retrouver le PDF

Pour répondre aux nombreuses questions posées au sujet des savons dans le contexte de l’épidémie de Coronavirus, l’Afise* en tant que porte-parole des fabricants de produits d’entretien et d’hygiène et l’ASDMF**, l’Association Savon de Marseille France apportent les informations suivantes :

De quoi est fait le savon ? Un produit de 1ère nécessité bon pour la santé et l’environnement

Le savon est fabriqué par réaction chimique à partir d’un mélange d’huile et de soude (pour le savon solide) et de potasse (pour le savon liquide). Composé de matières premières naturelles, c’est un produit de première nécessité essentiel pour l’hygiène personnelle et la santé.

Faut-il privilégier le savon ou le gel hydroalcoolique ? Des produits recommandés en période épidémique

Se laver les mains à l’eau et au savon est aussi efficace qu’utiliser une solution hydroalcoolique pour se débarrasser du virus. Ce n’est ni plus, ni moins efficace et les mécanismes d’action ne sont pas les mêmes. Mais il a été prouvé que se laver régulièrement les mains au savon est le meilleur geste barrière en cas d’épidémie. Si vous êtes à la maison à proximité d’un point d’eau, privilégiez le savon. Vous utiliserez le gel hydroalcoolique lorsque vous vous déplacez.

C’est Ignace Semmelweis, médecin hongrois en avance sur son temps qui,  au milieu du XIXe siècle, a mis en évidence, largement avant les travaux du docteur Pasteur, l’efficacité de se laver les mains avec du savon afin de se débarrasser de la transmission de maladies en milieu hospitalier.

Quelle est donc l’action du savon sur le virus ? Une double action efficace contre le virus

Les molécules de savon ont une affinité à la fois pour l’eau (tête hydrophile) et pour les corps gras (queue lipophile). La queue lipophile des molécules va emprisonner la saleté et ce type de virus présents sur la peau (impuretés, graisses, micro-organismes, cellules mortes…), et former un complexe qu’on appelle des micelles. Ce complexe sera capté par l’eau grâce à la tête hydrophile pour être éliminé lors du rinçage. C’est la double action chimique puis mécanique par la friction et le rinçage qui permet d’éliminer le virus.

 

Côté factuel – comment se laver au mieux les mains ?

80% des maladies infectieuses se transmettent par les mains d’où l’intérêt de pratiquer les bons gestes. Voici les 8 étapes recommandées par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) pour un lavage des mains simple et efficace :

  • Se mouiller les mains
  • Verser du savon dans le creux de la main
  • Se frotter les mains pendant 30 secondes minimum
  • Entrelacer ses mains pour nettoyer la zone entre les doigts sans oublier le pouce
  • Nettoyer également les ongles
  • Se rincer les mains sous l’eau
  • Se sécher les mains si possible avec un essuie-mains à usage unique (dans le cas contraire, renouveler l’essuie-mains chaque jour minimum)
  • Fermer le robinet avec l’essuie-mains puis le jeter à la poubelle.

Où sont fabriqués les savons et par qui ? Un made in France oublié ?

Ils sont fabriqués en France par une vingtaine d’acteurs industriels ou artisanaux dont certains sont adhérents à l’Afise.  Ces entreprises qui fabriquent différentes qualités de savon, dont du savon dit « savon de Marseille », selon un procédé et un savoir-faire ancestral, ont leur site de production sur tout le territoire français. C’est une production « made in France » et un savoir-faire technique de qualité reconnu dans le monde entier.

A quel point la demande a-t-elle explosé ? Une accélération impressionnante

Les fabricants de savon ont connu une hausse importante de leurs commandes depuis le début de l’épidémie, hausse qui n’a cessé de croître avec les messages des autorités sanitaires qui rappellent régulièrement l’importance des gestes barrières et l’efficacité du savon pour lutter contre le virus. On estime que depuis l’instauration des mesures de confinement mises en place par le gouvernement en France, les consommateurs achètent en plus grosse quantité que d’ordinaire et consomment ce produit indispensable à la lutte contre le virus au quotidien. La consommation de savon a augmenté de +124% (source IRI au 15 mars 2020). Mais nous appelons aussi les consommateurs à adopter des comportements rationnels et responsables et ne pas surstocker ces produits de première nécessité afin de permettre à chacun de s’en procurer en magasin.

Rappelons qu’un savon dur, sur un lavabo, pour se laver quotidiennement les mains de manière intensive va durer près d’un mois, sous peine que l’on prenne soin de ne pas le laisser baigner dans de l’eau.

Y-a-t -il un risque de pénurie ? Une mobilisation exceptionnelle pour assurer la production

Pour faire face à ce pic de la demande, les fabricants assurent leur production en pleine capacité de leur outil pour continuer à approvisionner le marché de ces produits de première nécessité. Il y a aujourd’hui un marché en tension mais pas de risque de rupture. Contrairement à d’autres produits, les savons durs n’ont pas besoin de conditionnement particulier. Quant aux savons liquides, les fabricants disposent de fournisseurs en provenance de France et d’Europe qui les approvisionnent en flacons et autres emballages. L’ensemble de la profession de France et de Navarre, aux quatre coins de l’hexagone a organisé les sites pour maintenir leur activité, protéger leurs salariés et assurer leur capacité de production en cette période compliquée.