Partager

1. Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien (PE) ?

La définition des perturbateurs endocriniens la plus communément admise est celle proposée par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2002 : « Un perturbateur endocrinien est une substance ou un mélange de substances exogène, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous) – populations ».

Le système endocrinien est composé de nombreux organes : pancréas, glandes surrénales, testicules, ovaires, thyroïdes, … qui sécrètent des hormones, messagers chimiques diffusés dans l’organisme par le sang. Ce système est essentiel pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme : il permet la communication entre les organes.

Pour être déclaré comme perturbateur endocrinien confirmé, il faut que le mode d’action de la substance ou du mélange ait un lien de causalité avec l’effet néfaste qu’il aura sur l’Homme ou sur la faune.

2. Comment savoir quelles substances PE ont-été identifiées par les Autorités à ce jour ?

La règlementation européenne REACH ainsi que les règlements relatifs aux produits biocides et aux produits phytopharmaceutiques permettent d’identifier les substances ayant des propriétés confirmées de perturbation endocrinienne.

Il existe de nombreuses listes non officielles émanant de diverses parties prenantes recensant des substances dites perturbatrices endocriniennes. Certaines listes ont été établies sans fondement scientifique ni réglementaire. Elles n’ont par ailleurs pas été validées par les Autorités à ce jour. De même, les médias se font parfois le relais pour recenser des substances présentées comme des perturbateurs endocriniens sans une analyse scientifique étayée.

L’Afise considère que seules des listes émanant d’organismes officiels et établies dans le cadre d’un processus réglementaire précis peuvent être considérées comme une source d’information fiable sur les substances PE confirmées. Ces listes sont consultables sur le site de la Commission européenne[1] ou sur le site de l’Agence européenne des produis chimiques (ECHA)[2].

Le processus réglementaire le plus utilisé pour l’identification de substances possédant des propriétés de perturbation endocrinienne confirmées (pour la santé humaine et/ou l’environnement) est le processus d’autorisation de REACH avec, à début 2021, 17 substances ou groupes de substances identifiés et confirmés. A titre d’exemple, c’est dans le cadre de ce processus que le Bisphénol A a été confirmé comme perturbateur endocrinien.

3. Quelle est la différence entre un PE confirmé et les substances soupçonnées de l’être et qui figurent dans des listes de PE dit potentiels ?

Il y a des substances soupçonnées d’être perturbateurs endocriniens simplement car elles ont une affinité pour un récepteur hormonal présent sur certains de nos organes et fonctionnant à partir de messagers chimiques (« les hormones ») produits par certaines glandes (thyroïde, ovaires, testicules, …).

Cela ne veut pas dire que ce sont des perturbateurs endocriniens car l’effet néfaste doit être démontré avant de parler de perturbation endocrinienne. Faute de cet effet néfaste, on parle d’activité endocrinienne (et non de perturbation).

Seules les listes citées précédemment sont à prendre en compte.

4. Un perturbateur endocrinien potentiel peut-il être reconnu sans propriété PE au final ?

Oui c’est tout à fait possible. Il y a des substances mises en cause qui sont totalement exonérées après une évaluation approfondie par les Autorités.

A titre d’exemple, l’acide téréphtalique qui est utilisé comme intermédiaire de synthèse ou comme réactif de laboratoire a été évalué par les autorités françaises dans le cadre de la procédure de REACH mais la propriété de perturbation endocrinienne n’a pas été confirmée après évaluation.

5. Comment s’assurer de l’absence de PE confirmés dans les produits d’hygiène et d’entretien ?

Il n’existe pas à ce jour de liste officielle couvrant l’ensemble des réglementations permettant d’identifier des substances PE confirmées (REACH, BPR, règlement relatif aux produits phytopharmaceutiques).

Les fabricants vérifient régulièrement les listes officielles sur le site de l’ECHA et de la Commission européenne pour garantir l’absence de PE confirmés dans leurs formules.

L’utilisation de substances présentant des propriétés confirmées de perturbation endocrinienne est interdite dans les produits à action biocide (désinfectants, insecticides, répulsifs) à destination des consommateurs.

 

6. Comment les fabricants de produits d’hygiène et d’entretien garantissent-ils la sécurité des utilisateurs ?

Les produits d’hygiène et d’entretien doivent se conformer à des règlementations très strictes (REACH, CLP, règlement Biocides) pour garantir la sécurité des utilisateurs dans les conditions normales d’utilisation. Les produits à propriété biocide (désinfectants, insecticides et répulsifs) doivent faire l’objet d’une évaluation avant mise sur le marché et, dans certains cas, obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) qui est délivrée soit par l’autorité nationale (ANSES), soit par l’autorité européenne (ECHA).

Les substances utilisées dans les produits d’entretien font l’objet d’études très approfondies et les produits de tests d’usage répétés pour s’assurer de leur innocuité dans des conditions normales d’utilisation et d’efficacité.

L’innovation scientifique est au cœur de la stratégie des fabricants pour améliorer en continu les formules et les substances utilisées et les doser au minimum pour une efficacité attendue.

Enfin, le secteur de l’hygiène et de l’entretien soutient la recherche ; l’Afise est membre bienfaiteur de la plateforme de collaboration public-privé PEPPER, une initiative mise en place par le Ministère de la transition écologique et le Ministère de la santé dans le cadre de la Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens (SNPE) destinée à accélérer la « pré-validation » des méthodes d’essai pertinentes pour caractériser les propriétés de perturbation endocrinienne.

 

[1] https://circabc.europa.eu/sd/a/6b7014cf-257e-4642-aab2-f79668eba470/List-compilation_exclusion_substitution_criteria_vMay2020.xls pour les substances actives biocides

[2] https://echa.europa.eu/fr/candidate-list-table et https://echa.europa.eu/fr/ed-assessment