Partager

Désintox

On entend parfois que nous serions  » trop propres  » et donc que nous serions moins bien immunisés et plus vulnérables aux allergies. Cette idée fausse est dangereuse car nous ne serons jamais trop « hygiéniques ».

Un désinfectant, c’est quoi ?

Dans les cas où le risque est grand de transmettre des microorganismes (par ex. en présence de malades ou des personnes vulnérables à la maison), l’utilisation d’un désinfectant aide à rompre la chaine de l’infection et la propagation des maladies. Ils ont pour rôle de détruire les microorganismes dangereux. Leur utilisation est particulièrement requise dans les domaines industriels et institutionnels.

Que contiennent les désinfectants ?

Les désinfectants contiennent des agents anti-microbiens (hypochlorite de sodium, dérivés d’ammoniums quaternaires, phénols…) et agissent sur les bactéries (bactéricides), les virus (virucides), les moisissures et les levures (fongicides) mais également contre les spores bactériennes, très résistantes (sporicides).

Pourquoi a-t-on besoin de désinfectants ?

Alors que les normes d’hygiène sont relativement élevées en Europe, les épidémies de SRAS, SARM, Norovirus, Esteria, grippe H1N1, infections nosocomiales et Ebola pour n’en citer que quelques-unes, soulignent l’inquiétude que suscite la propagation des maladies infectieuses et la nécessité d’un bon niveau d’hygiène comme première ligne de défense. En livrant des produits biocides, principalement pour la désinfection dans des endroits ciblés à l’extérieur de la maison, les entreprises du secteur du nettoyage professionnel aident à éliminer ou à réduire le contact avec des agents infectieux graves, voire mortels.

3 exemples d’applications ciblées

  • Branche santé et sécurité au travail

Les désinfectants contribuent à la santé et au bien-être de la population dans la vie quotidienne des gens. Des lieux comme les hôpitaux et les soins de santé où les patients, les professionnels de santé et les visiteurs sont régulièrement en contact les uns avec les autres, présentent un risque élevé de contamination croisée en raison des bactéries et des germes. Sans hygiène adéquate (par exemple pour les mains et les instruments), ces lieux deviennent des points chauds d’infection pour les bactéries telles que SARM.

  • Branche vétérinaire

Produits désinfectants sont également utilisés pour désinfecter écuries, producteurs de laits, fermes d’élevage, mais aussi les équipements des employés et des visiteurs. L’objectif est de prévenir l’apparition de maladies animales contagieuses. La désinfection est utilisée pour décourager les mouches et pour contenir les maladies. Cela garantit un niveau élevé de normes d’hygiène pour produits de qualité qui sont souvent sur le point d’entrer sur le marché de la chaîne alimentaire.

  • Branche Alimentaire

Que ce soit pour du nettoyage industriel ou pour les cuisines, cantines, restaurants, l’utilisation de désinfectants pour une chaîne alimentaire sûre et saine est la clé. Eviter les contaminations avec, par exemple, la salmonella dans les œufs et la volaille, et la présence de Listeria dans les produits laitiers illustrent l’importance de maintenir des conditions d’hygiène strictes. 

L’utilisation raisonnée des produits désinfectants

Le conseil le plus important à donner pour une utilisation efficace et en toute sécurité des produits, c’est de lire attentivement les étiquettes ou les notices explicatives et de suivre les instructions qui y sont données. En effet, elles retranscrivent précisément les conditions d’emploi évaluées comme pertinentes et sûres lors de la délivrance de l’autorisation de mise sur le marché. Il est donc important de toujours bien s’y référer et de ne pas dévier des préconisations mentionnées. Toute utilisation détournée pourrait ainsi se révéler à risque pour le consommateur.

La crise du COVID-19 vient souligner l’utilité et la contribution des produits de nettoyage et de désinfection pour assurer une hygiène satisfaisante dans le contexte d’une crise sanitaire majeure. D’autres mesures comme la distanciation physique, les gestes barrières au moment de la prise de parole, de la toux et des éternuements, une hygiène méticuleuse des mains, l’évitement de contact avec la face, les yeux, la bouche et le nez ainsi que l’aération des locaux ou encore le port du masque contribuent également au maintien d’un bon niveau d’hygiène.

  • Le nettoyage des surfaces à l’aide de produits contenant des tensioactifs (savons, détergents, détachants ou dégraissants) est une première étape pour inactiver le SARS-CoV-2 dans la mesure où le tensioactif va dégrader les lipides de l’enveloppe du virus. Si nécessaire, une opération de désinfection peut être menée en complément, mais le nettoyage est toujours une étape préalable à la désinfection afin d’empêcher les salissures de faire barrière à l’action sur le virus. Des produits ayant la double fonction de détergent et de désinfectant sont également présents sur le marché.
  • Lorsque l’évaluation du risque le justifie, les désinfectants peuvent être utilisés, mais de manière ciblée et raisonnée :
  • La désinfection peut être non pertinente lorsque le risque de présence de virus est faible, ou du moins aux conséquences minimes pour la population (cas des voies publiques ou d’un établissement qui n’aurait pas accueilli d’individus depuis plus de 5 jours) ; dans ce cas, un nettoyage peut être suffisant;
  • A contrario, les surfaces et objets fréquemment touchés (« zones contact ») ou alors les pièces ayant hébergé des patients doivent être désinfectés selon des protocoles spécifiques;
  • Lorsqu’un point d’eau est disponible, le lavage des mains à l’eau et au savon est aussi efficace que l’utilisation de gel hydro-alcoolique. Le lavage des mains avant de sortir de chez soi et dès son retour à la maison est une bonne pratique qu’il faut impérativement généraliser pour renforcer l’hygiène individuelle et collective ;
  • Cette utilisation raisonnée de produits désinfectants, y compris en hygiène des mains, est importante pour s’assurer du maintien de la disponibilité des produits.

Dans la mesure où le nettoyage et la désinfection font aujourd’hui plus que jamais partie de notre quotidien, il est important que tous les utilisateurs (professionnels et consommateurs) apprennent à utiliser les produits de manière adéquate et responsable en respectant les conditions d’emploi. Indispensables à l’hygiène et la santé quotidiennes, les produits de nettoyage et désinfection doivent être utilisés avec précaution en respectant rigoureusement les instructions d’emploi et en évitant ainsi les mésusages. Une attention particulière doit aussi être portée à la compatibilité entre produits (ne pas mélanger des produits incompatibles entre eux) ou entre les produits et les matériaux à nettoyer / désinfecter.

Des produits sûrs et contrôlés !

Quelle est la réglementation pour la mise sur le marché des produits désinfectants

C’est le règlement sur les produits biocides (UE) n° 528/2012, qui pose un cadre harmonisé pour les produits biocides dont les désinfectants dans toute l’Europe en assurant un niveau de protection de l’environnement et de la santé publique élevé.

Qui autorise la mise sur le marché des produits désinfectants et comment ?

La mise sur le marché des produits désinfectants est autorisée soit au niveau français, soit au niveau européen.
En France, c’est l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) qui délivre les autorisations de mise sur le marché (AMM). Lors de l’instruction du dossier, l’ANSES évalue l’ensemble des risques associés à chacun des usages revendiqués du produit, aussi bien au niveau sanitaire qu’au niveau environnemental. Elle s’appuie pour cela sur l’ensemble des données scientifiques disponibles : propriétés physico-chimiques, toxicité, écotoxicité ou encore devenir dans l’environnement. Sont également passés en revue le devenir des résidus (avec par exemple une évaluation de la teneur en résidus dans l’alimentation) ainsi que la vérification de l’efficacité du produit. Ainsi, lorsqu’une AMM est délivrée, le produit a été jugé conforme du point de vue de l’efficacité revendiquée et les risques associés à son utilisation ont été considérés comme acceptables dans des conditions d’emploi bien précises qui seront ensuite reportées sur l’étiquette. Pour qu’un produit désinfectant puisse faire l’objet d’une demande d’autorisation de mise sur le marché, il ne doit contenir que des substances actives inscrites sur les listes positives ou en cours d’évaluation.

L’évaluation des substances actives se fait au niveau européen pour des types de produits bien précis. Pour chaque substance active à évaluer, un Etat membre rapporteur est désigné. Il est chargé de produire un rapport d’évaluation qui est ensuite discuté avec l’ensemble des Etats membres en vue d’aboutir à une décision unique d’approbation ou de non approbation de la substance au niveau communautaire. Si les critères en termes d’efficacité et de risques sont conformes, la substance est approuvée par la Commission européenne et figure sur la liste des substances autorisées. Les approbations sont délivrées (ou non) pour des couples substance active/type de produits.